• Chorges | Chanteloube
(0)

Voici un site bien connu des Hauts-Alpins, et jalousement gardé quelque secret, mais qui est un élément du patrimoine ferroviaire important des Hautes-Alpes. Le Viaduc de Chanteloube est en effet un pont submergé une grande part de l'année, un témoin de l'histoire de la mise en eau du lac de Serre-Ponçon, mais aussi de la ligne Veynes/Barcelonnette.

Le Pont de Chanteloube, situé dans la Baie des Moulettes, est l'un des équipements du site communément appelé "La Baie de Chanteloube", qui comprend, outre le viaduc de Chanteloube (ou Viaduc de la Baie de Chanteloube), le Club Nautique, mais aussi la Plage Publique, et quelques campings. Chanteloube est le nom du hameau situé un peu plus en hauteur.
 

La petite histoire du Viaduc de Chanteloube

A l'origine, le Pont de Moulette enjambait le torrent éponyme, et était d'un viaduc à destination ferroviaire, mais il n'a jamais été utilisé.

En effet, la construction de la ligne de chemin de fer Chorges/Barcelonnette (ligne de chemin de fer de l'Ubaye, 43km), crée notamment pour permettre un acheminement rapide des troupes pour protéger la frontière avec l'Italie, a été amorcée en 1909 mais a été finalement interrompue en 1935.

En 1879, le plan Freycinet exige que toutes les préfectures et sous-préfectures de France soient reliées au réseau ferré national. La desserte de Barcelonnette fut imaginée par un détachement de ligne Veynes/Briançon à hauteur de Chorges, par une descente vers Chanteloube.
La ligne fut concédée à la célèbre Compagnie des Chemins de Fer PLM (Paris Lyon Méditerranée) en 1904 (puis SNCF en 1938).

En parallèle, des études sont menées pour la construction d'un barrage sur la Durance à hauteur de Serre-Ponçon, mais plus petit que l'actuel et dont le lac n'allait pas jusqu'à Savines. La ligne imaginée est modifiée en conséquence, le tracé est amendé en 1913.

La construction commence en 1909 puis est ralenti par la première guerre mondiale avant de reprendre. Mais en 1935, la construction de nouvelles lignes est stoppée, alors que la plupart des ouvrages d'art et les terrassements étaient achevés sur 27,7km , soit jusqu'à 15km de Barcelonnette. Lors de l'arrêt des travaux :

  • un autre viaduc des Hyvans (ou de Prego-Dieu) était en construction de l'autre côté de la vallée de la Durance (seules les piles étaient achevées, il fut dynamité lors de la mise en eau du barrage de Serre-Ponçon en 1959)
  • la voie se prolongeait au-delà du Viaduc des Hyvans par 2 tunnels pour rejoindre l'Ubaye : le tunnel des Hyvans (255 mètres) et le tunnel du Sauze (2km, le plus long des Hautes-Alpes), ces 2 tunnels étant actuellement noyés sous le lac.
  • la ligne avait été tracée (avec notamment le viaduc de PréLong, un tunnel et même une gare), les rails n'avaient pas été posés

Finalement, la ligne fut abandonnée au profit de la ligne Veynes/Briançon construite plus au nord. Lors de construction du barrage décidée 1955 (mise en eau en 1959), l'ancienne route RN94 descendait le vallon également par Chanteloube pour rejoindre le vallon de la Durance, la voie Veynes/Briançon fut déplacée plus en hauteur. La ligne de chemin de fer Chorges/Barcelonnette n'a donc jamais vu le jour, et fut déclassée en 1941.

 

Un pont temoin de l'histoire, submergé une grande partie de l'année

Le pont est un pont reposant sur 6 arches principales (14 arches au total), d'une longueur totale de 234 mètres, de format en S inversé, avec déclivité constante de 21mm par mètre. L'arche centrale culminait à 61 mètres du fond de vallon.

Suite à la construction du barrage de Serre-Ponçon, il est complètement noyé lors des 3 semaines de maximum de cote du Lac, partiellement submergé à la côte normale de 780 mètres (rampe d'accès nord).

Le reste de l'année, on peut se promener sur son tablier, et en hiver (quand le lac est au plus bas / période de basses eaux), on peut presque traverser la baie des Moulettes à pied/vélos (il est totalement dégagé uniquement lors des grandes opérations de vidange du lac (marnage).

 

Les activités de la baie de Chanteloube

Depuis le mise en haut du barrage et donc du recouvrement par les eaux du viaduc de Chanteloube, des activités se sont développées sur cette "presque-île" :

  • un centre d'activité nautique / base nautique : le club de voile, des pontons pour bateaux,
  • des campings
  • la pêche
  • une base de loisir / plage un peu plus loin (plage de Chanteloube)

 

Bref, un site témoin de l'histoire des Hautes-Alpes et de la vallée de la Durance, un site majeur de Serre-Ponçon à découvrir notamment hors saison.

Personne n'a encore laissé de commentaires ici. Lancez-vous !

Carte d'Accès