• Date : 03/07/2019
  • Lu : Fois
Serre-Ponçon en pôle position pour devenir site d'entraînement

Lors de l'inauguration de la nouvelle base voile CNA et de son voilier ecole "Le Wilhelm" à Chadenas, le représentant de la ligue Sud PACA de Voile a poussé la destination Serre-Ponçon à déposer un dossier pour devenir l'une des bases arrières des JO Voile 2024.

 

Paris ville hôte des Jeux Olympiques 2014, Marseille accueille les épreuves de voile

Le 13 septembre 2017, le Comité International Olympique a attribué à Paris l'organisation des JO d'été 2024. Paris avait choisi Marseille comme site olympique et paralympique pour accueillir les épreuves de voile (10 régates sont prévues), ainsi que les épreuves de football (3 à 4 matchs dont la demi-finale). De nouvelles éprevues olympique (pétanque?) pourrait aussi être ajoutées.
La base nautique du Roucas-Blanc va accueillir les épreuves et se transformer en grande Marina Olympique, avec un village olympique qui devrait être établi sur les plages du Prado. Un premier test event sera organisé à l'été 2022, afin de tester les équipements. Et il se pourrait que la zone d'épreuve soit étendue jusqu'au Mucem.
 

Et si Serre-Ponçon devenait une base arrière d'entrainement pour les JO Voile 2024?

Depuis 2017, la fédération de voile Paca met en avant la possibilité de faire de Serre-Ponçon une base arrière des JO d'été 2024 si la candidature de Paris est retenue. Le lac de Serre-Ponçon pourrait donc attirer l'élite de la voile. Côté voile, le lac de Serre-Ponçon serait idéal car plus exigeant, plus technique grâce à son eau douce et ses conditions de vent plus favorable que d'autres lac. L'accueil des athlètes pourrait permettre à la destination de se hisser un peu plus encore au niveau international.

Depuis plusieurs années, le SMADESEP et les élus des communes de Serre-Ponçon, avec en chef de file le maire de Savines Victor Berenguel, s'organisent afin de faire reconnaître Serre-Ponçon comme une vraie destination nautique et voile. De là la mise en oeuvre de nouveaux équipements, comme

Bref, une belle montée en gamme, pour positionner Serre-Ponçon comme la meilleure destination "entre Mer et Montagne". On parle même du passage d'une étape du Tour Voile en 2020 !

Le sujet a été partagé lors du passage de la ministre des Sports Laura Flessel en septembre 2018 à Savines-le-Lac : le comité départemental Hautes-Alpes de Voile souhaite faire de Serre-Ponçon la base arrière pour les sportifs français et internationaux pour les JO Voile 2024, qui se dérouleront à Marseille (pour les JO de Paris, Marseille est le site olympique pour les épreuves de voile), et compte sur le ministère pour appuyer le dossier. Les vents thermiques réguliers permettraient aux athlètes et équipes de s'entraîner plus facilement qu'en méditerranée, les équipements de la nouvelle Capitainerie faciliteraient l'accueil des équipes et les mises à l'eau. Ceci nécessiterait de reconnaître Serre-Ponçon comme bassin d'entraînement par la fédération française de voile.

Le samedi 29 juin 2019, lors de l'inauguration de la nouvelle base voile de Chadenas et du bateau école le Whihelm Echo 90 du Club Nautique Alpin, Claude Vidal (vice président de la ligue Sud Paca) a souligné les avancées des équipements sur le lac côté voile, et a remis le couvert sur le sujet des JO Voile 2024. "Vous avez un site d'exception" a-t-il glissé. C'est vrai que Serre-Ponçon accueille maintenant fréquemment des épreuves de voile comme par exemple en juillet des épreuves de Windfoil, mais aussi des épreuves de la ligue Paca de voile. Le plan Voile et Nautisme de la Région Sud Paca finalisé en juin 2019 liste même Serre-Ponçon comme site exceptionnel, au même titre que les rades de Marseille et Cannes-Antibes, et que le lac de Sainte-Croix. Il a été question du projet de déménagement du CNA à côté de la Capitainerie, ainsi que des équipements permettant un embarquement pour les personnes à mobilité réduite.

 

Voilà qui paracheverait l'oeuvre du SMADESEP pour faire reconnaitre la destination à sa juste valeur. Il ne reste plus qu'à garantir une hauteur d'eau maximale sur le Lac, pour augmenter les ailes de saison.